Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Blason et Armoiries

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Patrimoine / Histoire de Ciney / Blason et Armoiries

Légende cinacienne... ou l'origine du blason de la Cité

Cette légende raconte qu'en ce temps-là, Materne parcourait et évangélisait les Ardennes. Ciney appartenait à Cédros, roi de Tongres, qui en fit don au Prince Clément. Celui-ci y construisit un château où y naquirent cinq fils jumaux qu'il aimait tendrement.

En leur honneur, il décida d'appeler sa bourgade Chynq Neys (cinq nés) qui devint Chiney par la suite.

Un jour que les enfants jouaient près de la rivière hors les murs, ils se noyèrent. Le Prince désespéré alla trouver l'Évêque. Il lui promis d'embrasser le christianisme s'il pouvait rendre la vie à ses enfants. L'Évêque vint donc à Ciney et réssuscita les enfants. Ensuite, il baptisa le Prince Clément.

Pour lui montrer sa gratitude, le Prince fit transformer son château en église, qu'il dédia à Notre-Dame. C'est sous la tardive influence de cette légende que l'authentique blason de la ville fut abondonné vers 1710 et remplacé par les cinq têtes symboliques.

Le premier blason de la ville représentait une porte et une potale dédiée à Notre-Dame et symbolisait la "clé et porte par devers les Ardennes."

Armoiries communales

Les armes concédées à la Ville de Ciney par Arrêté Royal du 19 juillet 1841 portent l'écu timbré d'une couronne d'or sommée d'une étoile à cinq rais. Ces armoiries sont inspirées de la légende rapportée par Jean d'Outremeuse.

Cette légende prétend qu'un Prince nommé Clément avait eu cinq fils à la fois.
Il nomma sa ville "Chinee", en "la remembranche des cinq enfants qui astat d'onne nee".

La légende se développa au cours des siècles, les cinq nés furent aussi cinq noyés et se concrétisa au XVIe siècle pour donner le blason de la ville de Ciney, qui fut officiel au XVIIIe siècle et l'est encore aujourd'hui.

Dès 1710, les armoiries de Ciney se décrivent comme suit :

  • Sceau du chapitre (XIVe) :

Représentait une porte accostée de deux tours élancées. La porte est munie d'une herse levée. Dans une sorte de niche surmontant la porte, la Vierge est assise avec l'Enfant Jésus.

  • Sceau de la Ville de Ciney et de l'échevinage :

Représente en 1327 une porte de ville flanquée de deux tours.

  • Sceau de l'Echevinage (XVe) :

Il représente une porte de ville accostée de deux tours et la baie munie d'une herse levée à plein cintre. Les tours sont surmontées d'une croix.

Actions sur le document