Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Compte rendu du Conseil Communal du 25 avril 22

Vous êtes ici : Accueil / Vie communale / Vie politique / Conseil communal / Comptes rendus / Compte rendu du Conseil Communal du 25 avril 22
  • Sur la table du Conseil communal de ce mois d’avril, la création d’une liaison douce entre le centre-ville de Ciney et le village de Leignon. Pour rappel, la Ville de Ciney a obtenu un subside de 500.000 euros dans le cadre du projet « Wallonie cyclable ». Ce projet de création d’une liaison douce nécessite de créer une piste dans la Réserve Naturelle Domaniale «Le Pachis des chevaux». Il était donc demandé aux conseillers d’approuver le projet de convention SPW-Ville de Ciney qui détermine les modalités des travaux, d’autorisation de passage, d’aménagement et d’entretien ainsi que le régime de responsabilités applicables à cette piste de mobilité douce. La voie qui sera créée sera une voirie lente où la vitesse sera limitée à 25 km/heure. La convention sera conclue à titre gratuit et pour cause d’utilité publique, pour une durée de 29 ans renouvelable. Le groupe Ecolo via le conseiller François Bouchat s’est réjoui de ce projet, même s’il prône pour que les déplacements quotidiens ne soient pas oubliés dans le dossier global « Wallonie cyclable ». L’échevine Anne Pirson et le Bourgmestre Frédéric Deville ont précisé que l’objectif était aussi d’avancer sur les autres projets. Unanimité pour ce point.
  • Les conseillers communaux devaient également se prononcer sur le dossier intitulé « Travaux d’aménagement de l’Avenue Schlogel et de la rue Saint-Gilles à Ciney ». L’échevine des travaux Anne Pirson a expliqué qu’un appel à projets FEDER avait été lancé pour la période 2021-2027. 5 objectifs stratégiques existent dans cet appel à projets, l’un d’eux pourrait correspondre à la Ville de Ciney : celui lié au « développement urbain ». Lors de ce Conseil, il était donc proposé aux conseillers de déposer la candidature de la Commune pour un projet de développement urbain qui concerne des travaux d’aménagements de l’Avenue Schlogel et de la rue Saint-Gilles. Une équipe a été composée afin de monter le dossier, un bureau d’études ainsi que trois agents communaux. Le budget estimé s’élève à un peu plus de 5 millions d’euros. 10% seraient à prendre en charge par la Ville si le projet était choisi par le FEDER, soit la somme de 510.000 euros. Pour Ecolo, François Bouchat s’est interrogé sur un dossier similaire déjà déposé dans le cadre d’un appel à projets de fonds européens. Il a souhaité savoir si ce dossier-ci était plus solide et plus mûr qu’à l’époque. Pour le groupe Action, Frédérick Botin pense qu’il sera très difficile d’obtenir les cinq millions d’euros espérés (qui correspondent à la somme dévolue à l’entièreté de la Province de Namur). Il prône pour une hiérarchisation des sous-dossiers pour obtenir des subsides pour au moins l’un d’entre eux. Pour Anne Pirson, le dossier est plus solide et mieux argumenté. Elle a également précisé que les tronçons seraient bien hiérarchisés en commençant par le centre-ville. Le point a fait l’unanimité.
  • L’échevine en charge du commerce Anne Pirson a également présenté un point concernant les difficultés rencontrées par le centre-ville. En collaboration avec l’UCM et la Province de Namur, une enquête a été récemment menée auprès des commerçants et des clients. Sur base des résultats, le constat aujourd’hui est qu’il devient nécessaire de pouvoir établir un plan stratégique de relance du commerce local. Il était donc demandé aux conseillers d’approuver la désignation d’un bureau d’études pour mettre sur pied ce plan stratégique. Coût estimé : 25.000 euros TVAC. Pour le groupe Action, Frédérick Botin déplore qu’un diagnostic soit à nouveau demandé alors que plusieurs études ont déjà été réalisées en ce sens. Même son de cloche pour le conseiller Ecolo François Bouchat qui estime également que le diagnostic a, en partie, été réalisée par l’UCM et l’AMCV récemment. Les deux conseillers plaident pour passer directement aux phases suivantes : la rédaction d’une stratégie et du plan d’actions. Anne Pirson a expliqué que certaines informations manquaient encore pour avoir une base de données cohérente. Le point a été voté, le groupe Action s’est abstenu.
  • Les conseillers communaux ont aussi parlé « stationnement » ce lundi 25 avril. Un nouveau système de stationnement est en place dans le centre-ville depuis le 1er novembre 2021, comprenant de nouveaux horodateurs et une zone d’achats « 30 minutes » située uniquement rue du Centre. Le Collège dit avoir entendu les remarques des conseillers de l’opposition mais aussi des commerçants, demandeurs que ces places « achats-minutes » soient dispersées le long des différentes rues commerçantes. Un nouveau plan de répartition a donc été réalisé, il a été approuvé par les commerçants. Il était donc demandé aux conseillers d’approuver la modification apportée au règlement-redevance sur le stationnement qui avait été voté en septembre 2021. La modification consiste à prévoir des places de stationnement « achats-minutes » de 30 minutes dans les rues du Condroz, du Centre, du Commerce et Courtejoie, en plus de la rue du Centre. Pour Ecolo, François Bouchat déplore à nouveau le manque d’une vision claire et globale d’un plan de stationnement pour Ciney. Il juge également ces modifications complexes à mettre en place. Il craint que les usagers ne s’y retrouvent pas sur le terrain. Le conseiller Action Frédérick Botin estime que cette nouvelle répartition des places « achats-minutes » répond réellement à la typologie de certains commerçants. Il salue ce changement de position du Collège et espère que le démontage/remontage que cela implique pourra se faire assez facilement. Action insiste également sur l’importance de la lisibilité pour délimiter les zones, et également sur la communication envers les clients du commerce cinacien. Au vote, le groupe Ecolo s’est abstenu.
  • Ce Conseil communal a également permis de ratifier deux points concernant la mise à disposition de terrains en vue de la création de deux PISQ (petites infrastructures sociales de quartier). L’échevin Gaëtan Gérard a expliqué que la Ville de Ciney avait récemment reçu la promesse du Ministre Dolimont sur un accord de principe de subsides pour la réalisation de ces projets. Il était demandé aux conseillers de ratifier la délibération du Collège communal du 19 avril 2021 qui approuvait le projet de convention relatif à la mise à disposition en faveur de la Régie des Sports des terrains. L’un est situé à Pessoux, l’autre à Sovet. Les deux points ont fait l’unanimité.
  • L’échevine Laurence Daffe a présenté, lors de ce conseil, un projet d’installation d’un banc artistique en pierre réalisé par l’artiste Mathias Kohn et qui prendra place dans la cour du Château Saint-Roch. Il s’agit d’une initiative de la maison du Tourisme Condroz-Famenne. Montant estimé de 12.000 euros. Il sera subsidié à hauteur de 60% ou de 80%. Les conseillers devaient approuver la convention d’occupation. Unanimité.
  • Il était demandé au Conseil de constituer une association sans but lucratif dénommée « Aidants Proches Entraide Ciney » (« APEC » en abrégé) et d’arrêter les statuts de l’association. L’échevin Jean-Marc Gaspard a expliqué que l’association existait depuis plusieurs années et que ses responsables souhaitaient qu’elle se transforme en ASBL, cela permettra notamment d’avoir accès à des subsides. Pour rappel, l’association a pour but d’identifier les aidants proches de la commune, de définir leurs besoins et de développer un réseau de solidarité.
  • Plusieurs règlements complémentaires sur le roulage étaient aussi à l’ordre du jour : à Chevetogne, des aménagements vont être réalisés pour réduire la vitesse, rue de Biron, les zones de stationnement vont être matérialisées dans le même but et enfin, dans le centre-ville, le Conseil communal a approuvé la mise en place officielle d’une zone 30 km/heure dans les rues du Centre et du Commerce.
  • En fin de séance, la conseillère Ecolo France Masai a interrogé le Collège sur l’accès à l’eau, thématique sur laquelle elle travaille actuellement au Sénat. France Masai a questionné le Collège sur son intention d’installer des fontaines d’eau potable et à quels endroits. Anne Pirson a répondu à la conseillère Ecolo en rappelant le projet de rénovation de la fontaine (avec un bouton-poussoir pour avoir des petites quantités d’eau) qui est en cours à Ychippe. Un second projet est étudié dans le cadre du PISQ de Sovet. Le Collège ne se dit en tout cas pas contre une telle initiative.
Actions sur le document