Information

Administration Communale uniquement accessible sur RENDEZ-VOUS : 083/23.10.10

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Fête Nationale : le discours du Bourgmestre Frédéric Deville

Vous êtes ici : Accueil / Dernières actualités / Fête Nationale : le discours du Bourgmestre Frédéric Deville

A l'occasion de la Fête Nationale, les forces vives communales et politiques ont assisté à la célébration religieuse ce matin à 10h00 en la Collégiale. Elle a été suivie par la cérémonie patriotique.

Après le dépôt de gerbes au Monument aux Morts, le Bourgmestre Frédéric Deville a prononcé un discours très ancré dans l'actualité des derniers jours et des derniers mois :

FETE NATIONALE-21 JUILLET 2021

Chers Cinaciennes, chers Cinaciens,

Madame et Messieurs les Echevins,

Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers communaux,

Madame la Présidente du Conseil de l'Action sociale,

Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil de l'Action sociale,

Monsieur le Doyen,

Monsieur le Chef de Corps et Messieurs les représentants du Centre de Compétence Mobilité et Distribution de Peutie,

Messieurs et Mesdames les représentants du Corps de Police et du Corps des Pompiers,

Mesdames et Messieurs les porte-drapeaux et représentants des associations patriotiques,

Madame la Directrice générale,

Mesdames, Messieurs, en vos titres et qualités,

Il fait beau, le soleil brille, nous célébrons la Fête nationale, nous sommes contents d’être ici, … bref, nous aurions tendance à croire que tout va bien dans le meilleur des mondes et pourtant … Et pourtant ce monde souhaité, imaginé, rêvé, n’est pas celui dans lequel nous venons de vivre ces derniers jours voire même ces derniers mois parce que oui … l’histoire se répète…et tant, au moment des différents confinements qu’au moment des récentes inondations, l’histoire aurait pu s’appeler : LA SOLIDARITE, REMEDE EFFICACE CONTRE LA CRISE.

Ces derniers jours, les gestes de solidarité ont été très nombreux en Wallonie :

  • Citoyens qui hébergent des inconnus sinistrés
  • Citoyens qui font des dons de vêtements, de meubles ou encore d’argent
  • Citoyens qui offrent des repas aux sinistrés, aux pompiers, aux policiers
  • Citoyens qui gonflent des canoës pneumatiques pour sauver des vies
  • Citoyens qui annulent leurs séances de sport collectives pour venir déblayer les routes
  • Citoyens qui s’inscrivent sur des plate-formes Internet pour aller aider des inconnus à l’autre bout de la Belgique
  • Citoyens qui … citoyens qui … citoyens qui … Je pourrais continuer pendant des heures.

Cette solidarité, omniprésente, est belle à voir et elle est la lueur d’espoir des gens qui ont tout perdu. Nous pouvons nous en féliciter mais ne nous voilons pas la face, le monde vacille et avec lui, l’homme ! Voyons la réalité en face : le futur sera teinté d’incertitudes au quotidien….

Epidémies, inondations, sécheresses, feux de forêts, … Nous sommes de moins en moins à l’abri d’un retour de flamme de la Nature car … comme tout le monde le sait, « celui qui reçoit trop de coups, finit un jour par se rebeller ».

Ces derniers jours, de nombreux climatologues se sont exprimés dans les médias et la plupart d’entre eux se sont montrés pessimistes, fatalistes en annonçant que ce genre d’événements seraient de plus en plus fréquents. En résumé : Nous sommes perdus !

Ces derniers jours également, de nombreux hommes politiques, beaucoup plus optimistes, ont annoncé que des aides, conséquentes, allaient être allouées aux communes sinistrées pour faire face à cette catastrophe naturelle. En résumé : Nous sommes sauvés !

Ces derniers jours encore, les Citoyens que nous sommes, moins fatalistes que les climatologues et moins optimistes que les hommes politiques, se sont quant à eux montrés inquiets, soucieux de leur avenir.

Avant d’être Bourgmestre, je suis un citoyen, un Cinacien et comme vous, je me pose une kyrielle de questions.

Certes, Ciney a eu la chance d’être épargnée au niveau des récentes inondations mais la situation n’en demeure pas moins préoccupante car nous non plus, nous ne sommes pas à l’abri de phénomènes inhabituels voire d’une catastrophe naturelle. Dois-je vous rappeler la tempête du 14 juillet 2010 ?

Même si, cette fois, Dame nature nous a ménagés, il n’y a pas de quoi se réjouir car nous ne pouvons nous réjouir d’être en bonne santé quand nos voisins et amis sont fragilisés et en souffrance.

Depuis plusieurs jours maintenant, je pense régulièrement à mes collègues Bourgmestres de communes limitrophes sinistrées et plus spécialement à Corine, Bourgmestre de Rochefort, à Hélène, Bourgmestre d’Houyet ou encore à Axel et Patrick, respectivement Bourgmestre de Dinant et d’Yvoir. J’admire leur force de caractère, leur abnégation et je leur envoie tout le courage dont ils auront besoin dans les jours, les semaines, les mois voire les années à venir.

Un Bourgmestre ou de manière plus générale un mandataire politique, c’est quelqu’un qu’on critique tous les jours sur les réseaux sociaux mais aussi et avant tout c’est quelqu’un qui se dévoue, souvent jour et nuit, pour sa commune. C’est quelqu’un qui assume des responsabilités et qui prend les décisions nécessaires au bon fonctionnement de sa commune, à la sécurité de ses concitoyens ainsi qu’à leur bien-être, n’en déplaise à certains. Corine et Hélène en sont le parfait exemple…

Ces événements majeurs, tant la crise de la Covid-19 qui n’est toujours pas derrière nous, que les inondations de la semaine passée, devraient être pour nous tous une occasion de réfléchir à chacun de nos gestes, de nous remettre en question sur notre rapport à l’environnement. Il nous faudra désormais, si ce n’était déjà le cas, penser nos actions en termes de respect, de protection, de durabilité.

Ainsi, le développement économique ou encore le progrès en général ne devraient certainement plus être des objectifs, des buts à atteindre mais bien des moyens à mettre en place pour obtenir un monde meilleur, le monde dont tout le monde rêve.

Un événement traumatique est souvent l'occasion de réfléchir à ces valeurs dont beaucoup disent qu'elles se perdent. Et en effet, on peut s'interroger sur les valeurs de notre monde.

A notre petite échelle : Que cherche-t-on quand on détruit un arbre de naissance nouvellement planté ? Quand on déverse ses déchets dans la nature ? Quand on brûle une toute nouvelle plaine de jeu ? Quand on griffe les carrosseries d’une rangée de voitures ?

Où commence et où s'arrête le respect que chacun porte à son voisin, à son collègue, à un enseignant, à une passante en rue, à un mandataire politique.

Certes, comme je l’ai affirmé il y a quelques minutes, la valeur de solidarité est heureusement encore bien présente. Mais au-delà ? Quid ?

Je crois profondément aux acteurs du monde de l’éducation et au travail qu’ils accomplissent pour essayer de cultiver ces valeurs. Mais les adultes, les parents ne sont-ils pas les premiers exemples à suivre pour leurs enfants, ceux sur qui les enfants vont calquer leur futur comportement ?

Force est de constater que les incivilités commises au quotidien, du jet de canettes dans un fossé au graffiti sur une porte de garage en passant par une plaine de jeux incendiée auront des effets négatifs, sur la génération des adultes de demain.

De ce tableau un peu triste, il ressort heureusement, la jeunesse ; ces jeunes en lesquels je pose mes espoirs. Ces jeunes qui ont pris conscience qu’un changement était urgent. Ces jeunes qui ont décidé d’agir pour leur avenir.

Soutenons-les plus que jamais car malgré leur jeunesse et leur enthousiasme, ils sont sensibles aux conseils, à l’encadrement et aux mots d’amour que nous pouvons encore leur offrir.

Demain s'écrira différemment de ce que nous avions imaginé mais regorgera d’une multitude d'opportunités. A nous de les saisir, avec nos jeunes, et avec tous ceux qui parmi vous croyez en une vie raisonnée et responsable !

Avant de penser à demain, pensons déjà à aujourd’hui et au programme très allégé de ce 21 juillet : pas de jeux de la vache ni de bal populaire mais bien une cérémonie à laquelle vous êtes présents, un concert du groupe ALIVE sur le kiosque à 20h30 et un feu d’artifice à 23h00.

Cette décision de maintenir quelques activités peut être critiquable et a d’ailleurs été critiquée mais nous l’assumons. Le Collège communal et le Comité des Fêtes ont estimé que, malgré toute la compassion et le respect que nous avons envers les familles sinistrées belges et même allemandes, la vie devait continuer… Nous avons souhaité être ensemble, avec vous, unis, pour trouver du réconfort, pour mettre du baume au cœur des adultes et des étoiles dans les yeux des enfants. Nous avons également voulu honorer nos engagements tant envers l’artificier qu’envers le groupe de musique ou encore le régisseur, tous à l’arrêt depuis de nombreux mois. En maintenant ces quelques activités, nous soutenons également le secteur horeca cinacien déjà durement touché par la crise de la Covid-19. Bref, ce 21 juillet 2021 ne sera pas un moment de liesse populaire comme la place Monseu en a déjà connu jadis mais bien un moment de partage d’émotions et de solidarité.

Nous avons en effet placé une urne pour récolter les dons des Cinaciens au pied du monument et plus tard dans la soirée au pied du kiosque. La somme récoltée sera intégralement reversée aux CPAS des communes de Rochefort et Houyet. LA SOLIDARITE, REMEDE EFFICACE CONTRE LA CRISE, la boucle est donc bouclée…

Je ne voudrais pas vous quitter sans adresser encore quelques remerciements :

aux porte-drapeaux et représentants des associations patriotiques, pour leur présence ce matin devant ce monument,

aux musiciens et choristes qui ont donné de leur temps pour le bon déroulement de l'office religieux et de cette partie plus protocolaire de la journée.

Nous allons maintenant écouter, et je l'espère chanter tous ensemble, notre hymne national.

Bon 21 juillet à tous,

Vive la Belgique,

Vive le Roi,

Vive Rochefort, Houyet, Dinant, Yvoir, Durbuy, Spa, Verviers, et toutes les autres communes sinistrées,

Mais aussi et surtout : VIVE CINEY

 

Actions sur le document